12 février 2013

Coquillages et crustacés (glacés)

Quand j'étais petite je n'aimais pas le ski. Je trouvais ça froid, mouillé, glissant, casse gueule, lourd, inutile et je ne comprenais pas du tout pourquoi j'aurais dû être contente d'être là, me réjouir de chausser/déchausser, porter ces trucs pesant un âne mort et mettre un bonnet. Je n'ai jamais aimé porter un bonnet. Faut dire que c'était des années sans neige (enfin peu), avec pistes verglacées, les conditions n'étaient pas idéales. Toujours est-il que du haut de mes 6 ans je ne connaissais que ça et que je clamais bien fort que je n'aimais pas le ski.

Plusieurs années plus tard on y est retournés, avec une ribambelle de gamins, et là ça a été l'âge d'or. Dans mes souvenirs grand soleil, pistes infinies, liberté absolue, chants au milieu des sapins (oui je chante sur mes skis), blagues, rigolade, et même  sous la tempête j'étais comme une dingue je n'en avais jamais assez. Je me suis à cette époque découvert une vocation de monitrice de ski. Skier toute la journée la moitié de l'année et être payée pour, le rêve. Sauf qu'en tant que parisienne je partais avec un certain handicap, constitué de kilomètres, de temps et de sous, aussi. J'ai donc renoncé à cette idée miraculeuse environ 2 semaines après l'avoir eue, et avec le recul ce métier n'était de toute façon pas du tout fait pour moi.
Ce que j'aime dans le ski c'est suivre. Le moniteur ou la personne devant, peu importe du moment que je n'ai pas à me soucier du plan des pistes, du temps nécessaire pour aller là et revenir, des calculs pour être rentrés à telle heure, des pistes fermées, des éventuels obstacles, de quand il faut aller tout schuss pour ne pas ramer... Je suis un vrai mouton, faites moi rêver et ne me posez surtout pas de questions, je vous fais confiance. J'ai été bien éduquée par l'école de ski. Si t'es devant moi et que tu prends la bosse je la prends aussi, détour dans la poudreuse idem, mon cerveau est en mode économie d'énergie, je suis, je glisse, je profite du paysage et je ne m'occupe de rien d'autre. Donc oui, si la personne devant moi n'est pas de l'ESF je suis un peu un boulet. J'assume. Pour moi c'est ça le plaisir du ski, cette impression de puissance toute illusoire parce qu'en un rien de temps on peut se retrouver par terre, ces paysages magnifiques, les serpentins entre les sapins, les grands boulevards, les pistes de bobsleigh (en plus grand, je ne sais pas si ça a un nom), les slaloms dont je ne pouvais plus mais qui des années après réveillent encore en moi les réflexes de mes classes compet' (ça s'appelait comme ça mais j'ai juste passé quelques médailles, c'était pas de la vraie compet, hein ! ), les instants complices avec les autres du groupe, les plaintes à propos de ceux qui se plaignent tout le temps (comme moi à 6 ans), le soleil et la neige, ce mélange de chaud et de froid, les sourires, les rires, la découverte, cette sensation unique quand on a ses skis aux pieds. Je n'ai jamais aimé les télécabines, justement parce qu'il fallait déchausser. Je voulais rester le plus longtemps possible skis aux pieds.
Et puis j'ai grandi (vieilli ?). Et alors que je n'avais jamais froid dans mes combis, maintenant j'ai froid aux mains, aux pieds, aux sourcils (l'espace entre les lunettes et le bandeau, là, très vulnérable sur les télésièges). Je supporte moins le mauvais temps. J'aime toujours skier, mais plus avec autant de passion qu'à l'adolescence. Mais j'aimerais reprendre des cours, pas 6h par jour, pas pour passer l'un après l'autre faire des pas tournants (mon cauchemar, je n'ai jamais réussi les pas tournants), juste pour me laisser aller, mettre mon cerveau en pause et profiter de l'instant présent, dériver  dans les traces sans m'inquiéter de quoi que ce soit, juste être bien.

4 commentaires:

Maryline a dit…

Et sinon, porter un bonnet sur scène devant 2000 personnes, tu aimes ? ;-)
Bises

Clemtine2 a dit…

Autant que porter des couettes et un tablier grenouille, une nuisette et un kway !! Tant que ça reste décent et respecteux, j'aime tout sur scène :)
Hier y avait foule à la chorale, 47 nouveaux postulants, c'était marrant.
Bisous !

Sylvie Pelerin a dit…

La sensation sur les skis ???? Je dirais plutot le beau moniteur tout bronze ou toute personne susceptible de le remplacer !!! Pour ma part aucun talent en tant que skieuse ... je vais donc me contenter du bonnet lors des concerts ;-)

Clemtine2 a dit…

Aaahhhh chuuuuuut !! Si je parle trop du moniteur, plus jamais je n'aurai le droit de prendre des cours de ski !!!
C'est quand même seyant ces combis rouges... hum...
Cela dit une année le moniteur s'appelait Marie-Noëlle et on s'était bien marrés donc... :)